Immo

Investir dans un bien immobilier en nue-propriété

L’achat en nue-propriété atteste la propriété d’un bien immobilier, mais il faudra attendre l’extinction de l’usufruit pour l’être en totalité. L’avantage fiscal qui en découle est très intéressant.

Que renferme la nue-propriété ?

La démarche de la nue-propriété ne confère pas le droit de jouir d’un titre. euodia.fr signifie le démembrement de propriété avec l’usufruitier. Le nu-propriétaire n’a pas la faculté d’occuper les lieux ou de les utiliser à sa convenance. Ces attributs sont de l’ordre de l’usufruitier du bien. L’usufruit fait obligatoirement l’objet de partage entre le nu-propriétaire et l’usufruitier jusqu’à un certain moment. L’opération se terminera de justesse par l’aliénation de la propriété du bien au nu-propriétaire.

 L’acte notarié définit clairement la perpétuation du démembrement de la propriété. Toutefois, il peut prendre fin à l’extinction de l’usufruitier. Le système viager s’effectue ainsi. Durant l’existence de l’usufruit, le nu-propriétaire est condamné à être dans l’ombre en ne se chargeant que du financement des travaux les plus exorbitants.

Quel est l’intérêt d’investir en nue-propriété ?

Il faut s’armer d’une grande patience lors de la réalisation de cette opération. Ce n’est pas le genre d’investissement qui engendre des rentrées d’argent dans l’immédiat. Il faut attendre un laps de temps pour rattraper le montant de l’investissement. L’usufruitier dispose du bien, mais l’autre ne peut prétendre à recevoir des gains fonciers. L’achat du bien ne confère aucune prérogative qu’aux termes de la convention. Le prix de vente doit faire l’objet d’une déduction importante. En plus de la patience, l’investisseur doit faire l’objet d’une grande vigilance. Cet acquéreur doit s’assurer de la surévaluation du bien immobilier. La décote doit être également vérifiée.

Qu’advient-il si le nu-propriétaire a vendu sans demander l’avis de l’usufruitier ?

La loi délimite les pouvoirs attribués à l’usufruitier et le nu-propriétaire. L’usufruitier bénéficie du droit d’utilité et c’est lui qui gère la propriété à sa manière. C’est lui qui se charge de la mise en location et de la recherche des locataires sans demander l’avis préalable du nu-propriétaire. Il a également la possibilité d’habiter l’immobilier. Le nu-propriétaire doit se conformer aux droits de l’usufruitier avant toute prise de décision. C’est un geste légal pour ne pas mettre en péril l’accord portant sur l’usufruit. La discorde surviendra au cas où l’un d’eux romprait ce lien économique. Dans toute démarche, les 2 parties doivent tenir mutuellement compte de l’avis de l’autre. L’usufruitier ne peut tout de même faire opposition à la vente du bien par le nu-propriétaire.